Easy flow, épreuves & reconnexion

Tamara Ziebelen
il y a 1 mois | 4 min de lecture
Easy flow, épreuves & reconnexion

Mes pensées conscientes et inconscientes créent mon monde et mes résultats.

C'est ce que je rappelais vendredi dernier à mon chéri.

Samedi dernier, je conseillais à ma soeur de faire une visualisation. Je crois que de visualiser quelque chose de différent du résultat auquel on s'attend ne coûte rien. Au contraire, il nous permet en tous cas de passer un moment agréable : celui pendant lequel on le visualise. En bonus, on apprend à se re-éveiller à la créativité.

C'était facile pour moi de leur dire tout ça
quand tout allait bien.

C'est comme de me visualiser dans un monde avec des fées et des dragons. Je ne l'avais pas fait depuis des années. Comme si ça ne me servait à rien d'imaginer quelque chose que je n'avais encore jamais vu dans ma réalité. Comme si je ne pouvais pas ressentir de joie en me racontant des histoires qui, une fois dans la réalité, s'évanouissent et n'existent plus.

Sottises!
C'est comme si on me disait que les enfants ne sont pas heureux quand ils rêvent d'aventures extraordinaires et les vivent dans leur corps et dans leur coeur, qu'il y ait des pirates, des licornes ou des sirènes. Bien sûr qu'ils sont heureux, sinon ils ne souriraient ni ne riraient !

Moi-même, j'en suis une de sirène, avec ma queue bleue qui attend sagement que j'aille à nouveau faire "la sirène du lac Léman"! Quand je dis ça aux petites filles avec lesquelles je travaille, elles me regardent avec des yeux ronds, envieux, et moi j'y crois à fond à ce moment-là!
Que quelqu'un me dise, quand je leur montre une photo de moi qui nage en sirène, que je n'en suis pas une!

On parle du chausseur mal chaussé.

S'éveiller à la conscience n'est pas un chemin facile de mon point de vue. J'ai commencé il y a des années, et chaque instant j'apprends à prendre conscience de mes pensées et de mes mots.

Hier, j'ai testé l'adage "faites ce que je dis, pas ce que je fais".

Lorsque j'ai reçu un refus qui m'a mis dans une position très délicate. J'ai fait une demande de congé il y a plus de deux semaines. J'étais sûre de mon coup, elle était faite à temps, dans les règles.
Et là, en début de semaine dernière, après une semaine sans réponse, je relance. J'appelle.
Non, une erreur. Une erreur et mon email n'avait pas été lu. J'ai mes tords, mais je ne me sens pas être la seule non plus. J'ai des connaissances en informatique et je sais ce qui aurait pu être fait du côté de mon employeur, pour éviter à moi, et à plusieurs autres personnes, de faire la même erreur.

C'est là que plein de pensées arrivent : merci la bienveillance! Je suis honnête et voilà ce que je reçois. Trop bonne, trop c...Non mais pourquoi?
Les scénarios catastrophes s'enchaînent.
Jusqu'à ce que ma vigilance revienne et que je me connecte à ce qui se passe dans mon corps et à l'intérieur de moi-même.

La voilà l'épreuve! Le voilà le moment où c'est à mon tour de visualiser ce qui me ferait du bien comme résultat plutôt que le pire que mon cerveau me sert parce qu'il pense que c'est pour ma sécurité.

C'est là que ma foi dans le fait que les pensées conscientes et inconscientes créent mon monde est éprouvée.

Si j'y crois vraiment,
alors je n'ai qu'une chose à faire.

J'ai choisi de profiter de ma pause de midi pour aller au bord du lac, mettre quelques musiques qui me reconnectent à moi-même. En premier, ce n'était pas la visualisation qui m'importait, c'était de ressentir les émotions dans mon corps. Et pas n'importe lesquelles!

D'abord, l'émotion que j'avais éprouvé en recevant ce non, histoire de la vibrer et la libérer, comme je le fais en Nia et en accompagnement privé.
Ensuite, le sentiment qui me parle depuis plusieurs mois: la sérénité. Et tout à la base de la sérénité, l'amour.

Je suis sortie de ce moment remplie de sérénité. Par la suite, et encore ce matin, à chaque fois que les doutes étaient de retour sur le résultat que j'avais visualisé, je remettais la même musique.

Quel que soit le résultat, je souhaite me sentir sereine. A quoi ça me sert de visualiser le pire et de ressentir la peur dans mon corps? A créer des maladies peut-être. En tous cas, à long terme ça ne me rend pas service, j'en suis certaine.

Et même si le résultat n'était pas celui que je visualise, le recevoir avec un sentiment de sérénité plutôt qu'un sentiment de colère ou de peur, me permettrait de

faire des choix basés sur l'amour et non la peur.

Tu as le choix Amour ou peur

Commentaires

#user_avatar#
#comment_user_firstname#
#commented_time#
#commented_content#
#user_avatar#
#comment_user_firstname#
#commented_time#
#commented_content#